Ergothérapie en Belgique, fédération Wallonie-Bruxelles : présentation de Molly, ergothérapeute en MRS

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Molly, j’ai 25 ans, je suis ergothérapeute depuis octobre 2015 et je travaille depuis janvier 2016.

Actuellement, je travaille en Belgique dans deux Maisons de Repos et de Soins (MRS=EPHAD). J’ai travaillé auparavant dans une autre MRS.

En Belgique, les EHPAD sont appelées des MAISONS DE REPOS (MR) ou MAISONS DE REPOS ET DE SOINS (MRS).

Il existe deux types de lits : lits MRPA (Maison de Repos pour Personnes Agées) pour les personnes ne nécessitant pas de soins paramédicaux supplémentaires (kinésithérapie, logopédie(orthophoniste), nutritionniste etc…) et les lits MRS quant à eux bénéficient de ces soins paramédicaux.

Les MR et MRS ayant 30 lits MRS sont dans l’obligation d’avoir un équivalent temps plein paramédicaux : kinésithérapeute et ergothérapeute sont obligatoires dans l’équipe paramédicale.

Pratique de l’ergothérapie en Belgique :

La définition de l’ergothérapeute donnée dans notre cursus :

« Il accompagne les personnes qui présentent un dysfonctionnement physique, psychique et/ou social en vue de leur permettre d’acquérir, de recouvrir et/ou de conserver un fonctionnement optimal dans leur vie personnelle, leurs occupations professionnelles ou la sphère des loisirs par l’utilisation d’activités concrètes s’y rapportant et tenant compte de leurs potentialités et des contraintes de leur environnement. »

Pour résumer, nous pouvons donner cette « courte » définition afin d’expliquer notre profession à un large public :

« L’ergothérapeute est un paramédical dont le but est de permettre aux personnes de pouvoir réaliser leurs activités de la vie de tous les jours. Soit en rééduquant ou en adaptant l’environnement de la personne ».

Il existe trois types d’intervention :

  1. Prévention et rééducation des fonctions (déficiences) ;
  2. Réadaptation (incapacités) ;
  3. Réinsertion (handicap).

Nous utilisons des « Activités techniques » : actes de prévention, de rééducation, de réadaptation des activités instrumentales/productives/de loisirs et de réinsertion dans un projet de vie : indépendance et autonomie.

L’ergothérapeute a sa place dans différents secteurs de la santé : traumatologie- re-validation, pédiatrie, psychiatrie et gériatrie.

Les études :

Pour pouvoir pratiquer ce métier, il faut être détenteur d’un BACHELIER EN ERGOTHERAPIE. Trois ans d’étude sont nécessaires pour l’obtenir.

Pour accéder à ses études, il faut avoir eu le CESS (Certificat d’Etude Secondaire Supérieure), l’équivalence du BACCALAURÉAT.

Les diplômes étrangers sont acceptés à condition de faire partir de l’Union Européenne.

La pratique :

Nos missions consistent à intervenir à différents niveaux :

a) Veiller à la bonne exécution des activités de la vie journalière (AVJ) en collaboration avec l’équipe de soins.

  • Toilette : des toilettes thérapeutiques sont réalisées dans le but de permettre au résident de réaliser sa toilette et son habillage au maximum de ses capacités, sans contrainte de temps. Des aides pourront être mises en place au fur et à mesure de la prise en charge (stratégies, aides techniques, stimulations verbales, …). Nous observons et évaluons la toilette ainsi que l’habillage à l’aide de la GRILLE D’YLIEF.  Ces grilles sont remplies durant la toilette, ensuite une transmission est écrite sous forme de tableau afin d’observer les capacités et les incapacités de la personne. Ces transmissions sont à disposition des équipes de soins.
  • Locomotion : nous devons veiller à la gestion des appareillages (fauteuils roulants, rollators, fauteuils adaptés etc…).
  • Prise des repas : notre rôle est de stimuler les résidents, de mettre en place des adaptations si cela est nécessaire (rebord d’assiette, manche grossi, couverts incurvés, …), donner les repas pour les personnes les plus dépendantes.
  • Bains thérapeutiques : leurs buts sont :bain thérapeutique
    • le bien-être du résident ;
    • la relaxation ;
    • permettre au résident de se recentrer sur lui-même.

 

  • Mobilité : des séances de gymnastique douce sont organisées ainsi que des activités permettant au résident de se mobiliser (exemple : atelier de motricité) ;

    gymnastique douce

b) Sphère occupationnelle / Loisirs :

  • atelier motricitéDes activités sont organisées durant les après-midi : atelier de réflexion, atelier de motricité, atelier jeux de construction, atelier de cuisine, bricolage à thèmes, jeux de société (jeux de questions, LOTO (classique, visuel, sonore, des odeurs), …). Chaque activité est choisie dans un but propre au projet de vie du résident (exemples : valorisation, mobilisation, maintien des capacités, socialisation…). Certaines activités consistent à donner des responsabilités au résident dans le but de le faire participer activement dans la vie de la MRS.
  • Nous participons aux activités extérieures : cinéma, courses au supermarché, des sorties (pièces de théâtre, excursions, événements, …).

c) Productivité :

Les résidents peuvent réaliser des bricolages afin de les vendre. Leur but étant la valorisation et (re)donner un rôle au résident.

Ma pratique :

Dans l’une des MRS, je travaille en partie dans un CANTOU, un service spécialisé et sécurisé pour les personnes atteintes de démences.

Nos missions consistent à veiller à leur positionnement et leur hydratation, aider aux repas avec la cuisinière ou l’aide-soignante du service, réaliser des activités (jeux divers, atelier de cuisine, bricolage, …).

La prise en charge est adaptée aux besoins de la personne désorientée.

Laisser un commentaire