Aide a la communication alternative et augmentée : présentation du PODD

Le PODD, (Pragmatic Organisation Dynamic Display) est un système de communication crée par Gayle Porter, une orthophoniste australienne, il y a 15 ans environs. Développé à la base pour des enfants avec une paralysie cérébrale, il est maintenant très utilisé dans le monde anglo-saxon pour d’autres types de population notamment pour les personnes souffrant de troubles du spectre autistique ou de polyhandicap.

Personnellement, j’ai découvert le PODD par le biais d’une jeune fille polyhandicapé pour qui il a été mis en place il y a plusieurs années et qui l’utilisait aussi bien à la maison que dans la structure externat dans laquelle elle est accueillie.

Le PODD qu’est ce que c’est ?

PODD signifie Pragmatic Organisation Dynamic Display, c’est-à-dire que c’est un système de communication structuré, proche de notre language social et avec un affichage dynamique.

Il se présente sous forme d’un classeur de communication dynamique à base de pictogrammes avec un vocabulaire regroupé en thème et qui permet à la personne d’exprimer ce tout ce qu’elle veut, avec qui elle veut et quand elle veut. Il s’agit vraiment d’un langage complet mais avec une organisation spécifique pour permettre à la personne d’élaborer des phrases des plus simples aux plus complexes. Il s’adapte donc à beaucoup de personnes.

Présentation d’un cahier de communication

Le classeur PODD est composé d’un certains nombres de pages spécifiques pour répondre aux besoins de communication de la personne est en permanence adaptable.

Il est important d’avoir une organisation identique sur toutes les pages. Ainsi chaque page peut se diviser en 3 parties :

exemple de page de PODD divisée en 3 parties
exemple de page de PODD divisée en 3 parties

Onglet de catégorie (partie bleue)

Situé en bas de page ou a gauche de la page, il est l’intercalaire qui permet de naviguer de façon facile dans le PODD. Des renvois en haut à droite sur les pictogrammes permettent de savoir vers quel intercalaires il faut se diriger pour avoir accès au vocabulaire spécifique sur ce thème.

Partie principale (partie rouge)

Composée de l’ensemble des pictogrammes de vocabulaire spécifique, elle est la pour que la personne exprime ses besoins. Le nombre de pictogramme est adaptable en fonction de chaque enfant. Il peut y en avoir de 9 à plus de 70 par page.
Dans cette partie, le vocabulaire est organisé de gauche à droite pour imiter la structure des phrases en anglais écrit et parlé. Lors de la lecture par défilement, nous allons présenter les symboles en commençant en haut à gauche puis nous descendrons la lecture colonne par colonne. Les pictogrammes les plus courants seront donc toujours à positionner à gauche de la page. Cependant, pour aider la personne en apprentissage dans l’utilisation du support, certains pictogrammes, présent sur plusieurs pages du PODD devront toujours être placés au même endroit.

Colonne de droite (partie verte)

Composé de 3 pictogrammes, toujours les mêmes :

  • le retour à la première page de la catégorie que nous sommes en train de regarder pour pouvoir naviguer à nouveau dans cette catégorie
  • le symbole Oups : il sert à montrer que nous nous sommes trompés et que nous ne sommes pas dans la page ou la catégorie correspondant à l’information que la personne veut donner.
  • le pictogramme aller aux catégories : ce pictogramme permet un retour rapide sur la page des catégories principales pour permettre de donner une information supplémentaire , de changer de sujet, etc.

Comment utiliser le PODD ?

La méthode d’utilisation est assez simple, mais elle répond à quelques règles basiques pour favoriser l’apprentissage et l’utilisation du PODD.

1) Etablir des habitudes de communication tout le temps

Pour cela, la premiere chose est de veiller à avoir le PODD facilement disponible partout où va la personne. Favoriser son utilisation en tout lieu, en tout temps et avec le maximum d’intervenants différents pour permettre à la personne d’apprendre son utilisation et à d’adapter en fonction de la personne avec qui elle communique.

2) Toujours commencer par la première page du PODD

Pour tous les PODD, la personne est encouragée à commencer sur la premiere page du PODD pour indiquer son message. Certains pictogrammes indiquent des numéros de page permettant des renvois vers d’autres pages amenant plus de mots sur le sujet.

3) Tourner les pages du PODD pour la personne

Sauf si la personne peut tourner seule les pages de son PODD sans difficulté et n’a pas de trouble de la concentration, le partenaire de communication tournera généralement les pages pour permettre à la personne de se concentré uniquement sur la création de son message.

4) Verbaliser de ce qui est désigné et la construction de phrase en fonction des mots clés donnés par la personne

Le PODD est conçu comme un outil parmi d’autres outils de communication. Il vient en complément de communication multiples comme la parole, les gestes, les expressions du visages, etc. Il est donc important de garder ces autres outils de communication pour favoriser le language. Cette verbalisation permet aussi à la personne d’avoir un retour oral de ce que nous avons compris et lui permettre de réajuster si notre compréhension n’est pas bonne.

5) Commencer par quelques pages adaptés dans une situation donnée et généraliser son utilisation petit à petit

Pour permettre un apprentissage aisé du PODD, il peut être indiqué de commencer par l’utilisation de feuilles simples avec un vocabulaire spécifique : une activité manuelle, le repas, etc.
On pourra ensuite étendre petit à petit à d’autres activités ou à des situations plus complexes nécessitant un vocabulaire plus varié.

Utilisation du PODD n’est pas difficile en soit. L’approche est juste spécifique et nécessite donc un temps d’adaptation dans son utilisation.

Le PODD, un outil adaptable à chaque personne :

L’adaptation du support

Le PODD en lui même, peut avoir différents types de support en fonctions des besoins physiques et sensoriels de la personne ainsi que de ses capacités de communication :

  • classeur avec ouverture sur 1 page, 2 pages, 2 pages + rabat, etc.
  • variation du nombre d’items par page : 9 items à 70 ou plus.
  • mise en place de pictogrammes contrastés.
  • informatisation du PODD sur synthèse vocale, grille de communication type Grid ou Mind-Express, etc.
  • mise en place de pictogramme détachable,
  • mise en place d’un miroir au milieu du PODD pour mieux percevoir où se porte le regard.
Page de PODD avec des images contrastées
Page de PODD avec des images contrastées
exemple de page adaptée a 12 pictogrammes pour exprimer ce qu'on aime
exemple de page adaptée a 12 pictogrammes pour exprimer ce qu’on aime

 

Adaptation du mode de la lecture du PODD

Afin de répondre à la problématique de communication de chacun, le PODD peut être utilisé de différentes façon :
le pointage direct : Pour les personnes ayant des compétences motrices importantes, une désignation simple du pictogramme.

  • le pointage par le regard : pour les personnes plus en difficulté sur un plan moteur mais ayant une bonne désignation visuelle, le PODD peut être utilisé par désignation simple du regard avec confirmation ou non.

    Exemple de lecture en défilement direct du PODD par l'accompagnant
    Exemple de lecture en défilement direct du PODD par l’accompagnant
  • lecture par défilement direct : Lors de la lecture par défilement, nous allons présenter les symboles en commençant en haut à gauche puis nous descendrons la lecture colonne par colonne, en laissant un temps à la personne entre chaque symbole pour lui permettre de nous signifier si c’est bien celui-la.
  • lecture par défilement avec un code de repérage : Avec cette méthode, chaque page du PODD est divisé en différente partie, cela permet de limiter la lecture par défilement à la zone pré-sélectionnée. Cette délimitation peut être par colonne ou zone spécifique délimitée par son emplacement dans la page (en haut à gauche, en haut à droite, en bas à droite, en bas à gauche) ou par fond de couleur. Cela peut être particulièrement utile dans le cas où il y a 70 items sur la page.
  • Accès combiné : combinaison d’une ou plusieurs des utilisations ci-dessus.

Par exemple, dans le cas de la jeune fille dont je vous ai parlé, elle utilise un PODD classeur, qui est toujours accessible sur son fauteuil roulant, et un PODD informatisé sous Mind-Express. Chaque page du PODD est composé de 12 pictogrammes de vocabulaires.  Sur le PODD classeur, en fonction de sa fatigue, nous passions soit par une désignation directe par le regard avec validation ou non par des symbole sur scratch ou un oui non ajouté en bas du PODD que soit par un défilement des pictogrammes à la voix et une désignation par un oui-non sur pictogramme ou mouvement du corps. Sur le PODD informatisé, nous utilisons un eye-tracking afin de lui permettre de désigner le pictogramme choisi. Cette méthode n’est pour le moment utiliser que lors des séances de rééducation ou lors de situations fermées à la maison.

Facteurs à considérer lors du choix d’un PODD comme outil de communication

Une évaluation initiale de la communication est primordiale pour faire le point sur ce que la personne peut déjà faire de façon autonome, ce qu’elle peut faire avec un professionnel qualifié et ce qu’elle peut faire dans un environnement familiale, avec des personnes qui la connaissent bien et peuvent facilement interprété ses mouvements, attitudes et gestes.

Ainsi, il faut bien tester :

  • la communication actuelle : comment la personne réagit à la communication des autres, comment elle communique, avec qui, dans quels environnements, qui soutient/ limite sa communication, etc.
  • les méthodes d’accès à la communication
  • les capacités physique et notamment motricité fine,
  • la mobilité, les déplacements, l’installation qui vont intervenir dans le choix du support
  • capacités sensorielles : vision fonctionnelle, audition, traitement sensorielle des informations
  • capacités attentionnelles et fatigabilité

Formation francophone autour du PODD :

L’association ISAAC Francophone propose des formations initiales sur l’utilisation du PODD. Compter 500 euros par professionnel.
Plus d’information : http://www.isaac-fr.org/

Les points forts du PODD :

  • une organisation structurée et logique organisée en catégories, attributs, syntaxes, etc.
  • un vocabulaire riche permettant de répondre aux besoins dans toutes les situations de la vie quotidienne.
  • un vocabulaire prédictif sur chaque page pour faciliter la communication
  • un système d’onglet pour aller facilement d’une page à l’autre.
  • utilisable aussi bien en format papier (classeur) que sur support informatisé
  • adaptable selon les capacités physiques et de sensorielles des personnes qui l’utilisent (pointage, désignation, défilement, paramétrage du nombre de pictogramme par page)
  • les pictogrammes sont très parlant.
  • une adaptabilité à beaucoup de personnes.

Les points faibles du PODD :

  • une organisation de base très anglo-saxonne qui ne correspond pas toujours à notre manière de fonctionner en France, ce qui peut être gênant dans l’apprentissage.
  • une implication importante des professionnels pour un apprentissage (à renouvelé avec chaque professionnel ce qui peut parfois.
  • une prise en main du logiciel Boardmaker demandant du temps.
  • le poids, le classeur est lourd et volumineux ce qui peut être gênant pour qu’il soit toujours a portée de main de la personne.
  • le prix et le temps de préparation : la mise en place du PODD nécessite l’achat des CD PODD afin de les adaptés à la personne, du logiciel Boardmaker, une bonne imprimante couleur, une plastifieuse.
  • peu de littérature dessus en français.

Webographie et Vidéographie :

L’auteur :

Je m’appelle Marie, j’ai 31 ans et je suis diplômée depuis 2009 de l’institut d’ergothérapie de Rennes. J’ai travaillé 4 ans dans un centre d’éducation motrice rattaché à un lycée d’enseignement adapté à Garches (92) puis 1 an en temps que collaboratrice libérale dans le 15eme et 7eme arrondissement de Paris et 3 ans en libéral au Japon.

Depuis mai 2017, je travaille dans un IMP accueillant des enfants et adolescents polyhandicapé à Paris.

Laisser un commentaire